Les veilleurs de Saint Michel

Françoise Di Scala faisait déjà partie de la petite équipe qui a réussi à maintenir l’abbatiale Saint-Michel ouverte aux visiteurs pendant l’été. Le père Clément leur a trouvé un nom, «Les Veilleurs de Saint – Michel». Il y a une dizaine de jours, elle a constaté avec quelques autres paroissiens ce qu’elle appelle un «sacrilège». Pas de vol, mais une profanation de l’hostie qui se trouvait dans le tabernacle. «Quelqu’un est monté sur l’autel, a ouvert la petite porte, a déplacé l’hostie et jeté le cordon. Tout a été retrouvé et remis en place». Raison de plus, pour Françoise Di Scala, d’en appeler aux bonnes volontés pour jouer le rôle de veilleurs. Il y a deux ans, ils étaient une vingtaine à se relayer par tranche de deux heures. Seuls ou en binôme, selon leur choix. L’an dernier, à cause des travaux, il n’y en a pas eu. «Cette année, on est à peine onze. On peut venir que l’on soit pratiquant ou pas» s’empresse de préciser Françoise Di Scala qui insiste sur le rôle de préservation du patrimoine contre les éventuelles dégradations dans l’abbatiale. Les veilleurs de Saint-Michel offrent quelques informations aux touristes qui le demandent. «Mais, soyons clairs, sur l’abbatiale uniquement. Nous ne sommes pas un office de tourisme».

 

En binômes

Les créneaux horaires (deux heures de présence, pas plus) – se situeront entre 10 heures et midi, 14 h et 16 h et 16 h et 18 h, du lundi au samedi. «Sans doute que nous nous dispenserons de venir le samedi après-midi, où l’église est pleine avec les mariages». Les Veilleurs se placent à gauche de l’entrée, près des chapelles latérales, avec une petite table pour signaler leur présence et leur activité. «L’été, il fait très bon, ce n’est pas une grosse astreinte». En 1997, la Vierge en bois polychrome du XIIIe siècle avait été volée durant un chantier, puis retrouvée quelques années plus tard à Sienne. Les Veilleurs pensent aussi aux sept ossuaires, récupérées chez un «collectionneur». Pour l’instant, les Veilleurs de Saint-Michel ne sont pas assez nombreux. Il en faudrait le double. Les volontaires peuvent se signaler et s’informer en téléphonant au centre paroissial ou au 06 87 27 78 85.